bon leader - comment devenir un bon leader

Comment devenir un bon leader ?

novembre 26, 2019

Le leadership, lorsqu’il n’est pas “inné”, peut toutefois s’acquérir dans une certaine mesure et se travailler afin d’en exploiter toutes les possibilités, en restant dans un cercle vertueux, bien évidemment – certains leaders peuvent s’avérer toxiques comme l’Histoire l’a montré à de nombreuses reprises.

Les qualités d’un leader suivi

 

Pour assurer un certain charisme indiscutable aux yeux d’autrui, certaines qualités sont primordiales et caractérisent un bon leader. On retrouve ainsi, entre autres :

  • la confiance en soi : essentielle pour pouvoir ensuite donner confiance à autrui et transmettre sa vision et ses idées efficacement.
  • la vision : lointaine et à 360 degrés afin de faire émerger le meilleur de chacun dans un objectif collectif.
  • l’ouverture d’esprit : nul ne détient la vérité. Savoir se remettre en question et rester curieux de toute nouvelle opportunité ou possibilité est essentiel pour réaliser un rêve. Le leader sait que seul, il ne peut pas grand chose. L’union – et donc l’intelligence collective – fait la force.
  • l’exemplarité : il s’agit là d’un principe de base. Pour être écouté et suivi, il faut donner l’exemple et mettre soi-même en application ce que l’on prêche.
  • la cohérence avec ses valeurs et convictions : un bon leader ne pourra convaincre s’il n’est pas lui-même profondément en accord avec le projet et les idées qu’ils défend.
  • l’intelligence pluridisciplinaire : un bon leader sent instinctivement ce dont ses collaborateurs sont capables, mais également leur personnalité et mode de fonctionnement. Fort de tout cela, il est ainsi à même d’ orchestrer son monde et le mener à la meilleure réussite possible pour chacun et pour tous.
  • l’empathie : partie intégrante d’une intelligence émotionnelle particulièrement développée qui permet au meneur de tirer le meilleur de chacun en leur permettant de s’épanouir totalement.
  • la liberté : indépendance face à ses idées et décisions, intimement corrélée avec la confiance en soi et le sens des responsabilités.
  • la responsabilité : liée au point précédent, le leader, libre dans ses choix, doit assumer ses décisions, prises de risque, etc. dans l’objectif toujours du meilleur pour ses troupes.

Les compétences clés à maîtriser pour être inspirant

 

Outre les qualités détaillées ci-dessous, un bon leader doit savoir :

  • prendre des initiatives : c’est souvent en cela que le bon leader est admiré et respecté, car il est déterminé, confiant et il ose.
    défendre et imposer ses idées dans la douceur et le respect : à quoi bon avoir de bonnes idées si l’on n’est pas à même de les présenter, les expliquer – les vendre en quelque sorte – mais dans le respect et la non-violence ? Savoir convaincre est ainsi un atout majeur.
  • communiquer efficacement : une compétence primordiale pour faire passer ses idées et surtout recueillir l’adhésion de ses troupes. Le feedback en est un élément important, car il permet au leader de rester à l’écoute de ses collaborateurs, entendre de nouvelles possibilités et/ou opportunités, etc.
  • repérer et faire s’exprimer les talents de chacun dans le collectif : l’un des piliers du leadership qui consiste à déceler, faire émerger et orchestrer les talents individuels et collectifs afin de mener tout le monde à la réussite.
  • bousculer les habitudes dans l’intérêt de chacun et du groupe dans son entièreté : disruption et innovation sont deux notions puissantes en matière de leadership. Elles permettent de remettre constamment en question ses idées, son travail ainsi que tout le groupe afin d’atteindre les sommets rêvés.
  • motiver et reconnaître le travail de ses collaborateurs : condition sine qua non d’un management efficace et positif. Un bon leader doit également manager ses troupes – et jouer sur la motivation et le sens au travail – pour maintenir sa position de meneur suivi.

Par ailleurs, un bon leader est non seulement capable de repérer et faire émerger les compétences de chacun et du groupe, mais également d’articuler tous ces savoir-faire, les transformer le cas échéant, jongler avec afin de mener le groupe encore plus loin.